Femmes noires, francophones et bâtisseuses : grandes figures féministes en Ontario



Chaque année, au Canada, on célèbre le Mois de l’histoire des Noir-e-s afin de commémorer l'histoire du patrimoine légué par les Canadien-ne-s noir-e-s.


C'est en 1995, que l'honorable Jean Augustine, première Canadienne noire élue au Parlement, initiait une motion visant à faire reconnaître officiellement le Mois de l'histoire des Noir-e-s au Canada. Grâce au leadership de Dr Augustine, la Chambre des communes reconnaissait alors le mois de février comme étant le Mois de l'histoire partout au Canada.

Cette année, Oasis Centre des femmes célèbre cet événement sous le thème Femmes noires, francophones et bâtisseuses : grandes figures féministes en Ontario.


Tout en mettant l’emphase sur les réalisations et la manière dont ces femmes ont surmonté les obstacles survenus lors de leurs remarquables parcours, nous vous ferons découvrir des figures bien connues de la scène féministe francophone en Ontario. Ce sont ces femmes d’exception:

  1. Dada Gasirabo, Directrice générale d’Oasis Centre des femmes. Oasis Centre des Femmes a pour mission d’outiller les femmes francophones du Grand Toronto et de Halton-Peel, touchées par la violence sous toutes ses formes, pour qu’elles puissent améliorer leur situation et devenir totalement autonomes.

  2. Emilie-Françoise Crakondji, Directrice générale du Carrefour des Femmes du Sud-Ouest de l'Ontario (CFSOO).Le Carrefour des Femmes du Sud-Ouest de l'Ontario (CFSOO) est un centre régional qui vient en aide aux femmes francophones de la région.

  3. Jeanne Françoise Mouè, Directrice générale de La Maison. La Maison est un Centre multiservices qui offre un hébergement aux femmes francophones et leurs dépendants aux prises avec la violence conjugale et familiale.

  4. Fété Ngira-Batware Kimpiobi, Directrice générale de SOFIFRAN. SOFIFRAN est un organisme qui a pour but d’accompagner les femmes et leurs familles dans leur processus d’intégration au Niagara en offrant des services dans le domaine social, économique, éducatif et culturel.

  5. Maman Regine Mwa Chihanza, Aide-éducatrice à la retraite, bénévole communautaire. Une dame exceptionnelle au grand cœur qui demeure très impliquée dans le milieu communautaire francophone.

Ces femmes, comme bien d’autres féministes dans les autres provinces canadiennes et dans le monde, ont permis l’avancement de la cause. Nous nous devons donc de les célébrer pour leurs précieux apports au mouvement féministe francophone contemporain en milieu linguistique minoritaire.


Pour ce faire, pendant le mois de février, nous vous présenterons le parcours hors du commun de ces sources d’inspiration. Les 8, 12, 15, 19 et 22 février, des femmes extraordinaires nous feront profiter de leur riche expérience!


Cette célébration des femmes noires se poursuivra le jeudi 25 février, de 18h à 20h, lors d’un forum virtuel réunissant les cinq grandes figures féministes à l’honneur.


Nous vous invitons donc à emprunter le chemin de la découverte afin d’apprendre ce qui a motivé ces femmes à dédier leurs vies à l’amélioration des conditions de vie des autres femmes.